Recherche

mercredi 18 juillet 2018

Emmanuel RUBEN « Le cœur de l’Europe »


Ce pourrait être un récit de voyage, mais en fait pas du tout, d’ailleurs l’auteur se méfie des récits de voyages, c’est en tout cas ce qu’il écrit. De mars à août 2015 il a entrepris avec sa compagne un périple en Europe de l’est. Il en livre des chroniques brûlantes, écrites presque en direct. Une virée en ex-Yougoslavie où il n’est pas question de faire du tourisme ordinaire.

C’est bien de géopolitique dont nous entretient Emmanuel RUBEN, l’Histoire d’un pays morcelé en petites nations devenues touristiques et passages obligés par des ponts de plusieurs siècles qui ont souffert de toutes les guerres mais qui sont toujours fiers et debout, ponts censés être une passerelle entre les peuples alors que l’Europe érige des murs, un cloisonnement.

L’auteur évoque Emir KUSTURICKA, lui taille un costume en règle, l’accusant d’avoir trahi sa terre natale. Pourtant et paradoxalement, il nous donne envie de – re – voir « Underground », un des plus célèbres films du cinéaste.

Étape à Sarajevo, et un pont, encore. Celui sur lequel s’est fait dessouder en juin 1914 l’archiduc d’Autriche François-Ferdinand, déclenchant à très court terme la première guerre mondiale. D’ailleurs, la guerre, il en est partout question, les paysages et les édifices gardent les stigmates des différents conflits, du mondial au local en passant par le national, du militaire au civil.

RUBEN ne pratique pas la lange de bois, il ose les polémiques caustiques tout au long de ces chroniques : « C’est dans ces lieux que s’illustrèrent, il n’y a pas si longtemps, des criminels de guerre comme le général franco-croate Ante GOTOVINA, ancien soldat de la légion étrangère, protégé de Jacques CHIRAC, qui fut d’abord condamné à vingt-quatre ans de prison par le TPI de La Haye avant d’être acquitté un an plus tard, la chambre d’appel estimant que « la température de l’air » et « la vitesse du vent » des déviations des tirs d’artillerie sur des cibles civiles, balayant d’un coup le chef d’inculpation principal, celui de crime contre l’humanité et ruinant définitivement la crédibilité du TPI ».

Ces chroniques sont une sorte d’historiographie expresse des Balkans, avec ses peines, ses tragédies et ses blagues douces amères : « Savez-vous quelle est la différence entre un Nokia et la Serbie ? Chaque année il y a un plus petit modèle, mais si chez Nokia le nouveau modèle est meilleur que l’ancien, en Serbie, plus le modèle est petit plus il est pourri ! ».

RUBEN dénonce les politiques de Vladimir POUTINE et de Viktor ORBAN sur la scène internationale avant de traverser l’Albanie et ses 700 000 bunkers, accessoirement le deuxième pays le plus pauvre d’Europe, après une halte au Monténégro et après s’être offert un moment de nostalgie et de mélancolie sur les traces de Tintin. Il va croiser des migrants cherchant la terre promise mais pourtant indésirables, va faire un crochet par la Grèce, loin de l’image d’Épinal donnée par les dépliants touristiques. Un voyage plein d’enseignements, une manière de revisiter l’Histoire de l’Europe de l’est.

Ces chroniques ne sont pas sans rappeler une partie de la ligne éditoriale de l’excellent éditeur L’Espace D’un Instant, catalogue proposant de formidables pièces de théâtre contemporain militant, très axé sur l’Europe de l’est.

J’oubliais : le format de ce livre est assez minuscule, plus petit q’un livre de poche. Les 90 pages, dans un papier de haute qualité, sont lues lentement, comme pour bien assimiler toutes les références données. C’est paru en cette année 2018 aux incontournables Éditions de La Contre Allée, dans leur petite collection Fictions d’Europe. Avec un nom pareil, ce « Cœur de l’Europe » ne pouvait qu’y trouver un nid douillet


(Warren Bismuth)

Rafael MENJIVAR OCHOA « Ma voix est un mensonge »


Ce n’est pas si souvent que l’on a l’opportunité de lire un auteur Salvadorien de par nos contrées, c’est pourtant possible grâce au talent de dénicheur de Quidam éditeur. Voici un polar très particulier dont je vais tenter de vous dresser le scénario de manière aussi peu confuse que possible. Le narrateur dont nous ne connaîtrons pas l’identité travaille dans une station de radio pour laquelle il joue de sa voix ambivalente dans des feuilletons radiophoniques après avoir été acteur de théâtre, accompagné par Gudalupe Frejas, sa partenaire professionnelle, qui lui donne la réplique. Seulement, il joue toujours les méchants, les ordures. Possédant une certaine notoriété auprès des fidèles auditeurs, il est impossible de lui laisser tourner pour des publicités, sa voix serait immédiatement associée à ses rôles de salauds. Donc il se retrouve au chômage.

Sur ces entrefaites Gudalupe décède, c’est là qu’il réalise qu’il l’aimait. Son ombre va d’ailleurs hanter le récit. Un ténébreux service spécial de police propose à notre narrateur sans le sou un contrat fort juteux mais qui n’est pas sans risque et dont voici les données : un type châtain a assassiné un révolutionnaire qui devenait gênant pour le pouvoir. Le meurtrier, prisonnier politique, serait mort, le narrateur est recruté pour jouer son rôle vocal, avouer le crime auprès de journalistes et donner toutes les preuves de l’assassinat en se faisant passer pour le meurtrier afin de faire croire qu’il est bien toujours vivant.

Ce roman est celui des faux-semblants : du faux paralytique en passant par la fausse veuve (quoique !) puis par la fausse amoureuse, les fausses infos des journaux. Pour les défunctés c’est pareil, il n’est jamais clairement dit qu’ils sont bel et bien morts, et si ça l’est, c’est parfois démenti quelques pages plus loin. Où est la vérité ? Y’en a-t-il une d’ailleurs ? Et ne peut-elle pas jaillir de fausses preuves ? C’est le bal des masqués dans ce polar atypique. Un personnage peut être un bras armé du gouvernement tout comme un leader de la guérilla. Les convictions sont sans cesse chahutées, discutées, infirmées. Qui sont les interlocuteurs ? Qui est cette Maria qui semble tomber amoureuse du narrateur plus vite que l’éclair ? Et où diable se déroule l’action ? Au Mexique sans doute, même si rien n’est précisé. Même chose pour l’époque, on aurait tendance à la situer en 1956, mais là non plus rien n’est sûr.

Une spirale infernale qui procède par informations aussitôt contredites pour un récit haletant, sans temps mort (la brièveté du roman lui donne encore plus de force) et résolument politique. L’ombre de KAFKA semble planer à chaque page. Derrière les semelles collantes d’une intrigue sombre et poisseuse, l’auteur sait agrémenter son exposé de quelques tirades drôles échouées là comme un cheveu sur la soupe (même si l’un des personnages principaux est chauve).

Le titre est sacrément bien trouvé, car la voix humaine et le mensonge sont les deux piliers de ce bouquin déstabilisant – le premier titre édité était « Les années flétries », bien moins parlant - qui est le premier volet d’une trilogie baptisée « De certaines façons de mourir… » (d’ailleurs est-ce vraiment une trilogie ? là aussi les cartes sont brouillées), c’est aussi une nouvelle réédition (de 2018) et accessoirement un pur régal. Attendons les rééditions des prochains tomes, si elles sont du même tonneau, nous n’avons pas fini de nous délecter, ne les ratez pas. L’auteur est décédé en 2011.


(Warren Bismuth)

mardi 17 juillet 2018

Myriam LEROY « Ariane »


Nominée au Goncourt du premier roman 2018 (remporté par Mahir GUVEN, chroniqué ici même), Myriam LEROY nous livre, dans « Ariane », une histoire d'amitié vénéneuse.

La narratrice est fade, sans particularité aucune lui permettant de se distinguer de ses autres camarades, plate et sans saveur presque. La popularité ne lui est pas assurée dans la cour du collège, et ce ne sont pas non plus ses parents prolétaires qui vont lui offrir le devant de la scène. Que nenni.  Alors elle s'entiche d'Ariane, une jeune fille à la fois solaire et lunaire et pour le moins charismatique. Osant tout, jusqu'à s'éprendre de notre narratrice grise, elle lui ouvre les portes d'un autre monde, celui de parents cool, d'activités fantasques et de confessions adolescentes. Tour à tour insultantes l'une envers l'autre, comme un témoignage d'amour profond, les coups de fil s'enchaînent, les heures passées isolées des autres s'égrènent, elles se suffisent à elles même. Moqueuses, voire cruelles, personne n'échappe à ce duo incongru, après avoir été souffre-douleur, voilà notre narratrice dans le rôle du bourreau.

Ariane, elle n'est pas très stable, et elle entraîne son amie sur les pentes vertigineuses de la consommation alcoolique, lui apprend à jouer de ses charmes jusqu'à se mettre en danger, draguant des hommes plus que mûrs et surtout enclins à être séduits par des gamines de 13 ans. L'expérimentation va loin.

Myriam LEROY parle à la première personne, à l'âge adulte, de cette amitié passée, après avoir appris la mort d'Ariane, prématurément. Une histoire violente qui a laissé des séquelles dans la vie de la narratrice qui avoue sans vergogne qu'aucune histoire d'amour ne l'aura faite autant souffrir que celle qu'elle a pu vivre avec Ariane, qui même séparée d'elle, a réussi à venir la hanter. Hanter est le bon terme : il faut la craindre cette Ariane, qui laisse son empreinte malsaine partout où elle passe.

Je ne sais que penser de ce roman : l'histoire est intéressante, bien traitée mais le verbe est ampoulé, la phrase trop tarabiscotée, ça sent parfois, malheureusement beaucoup trop l'exercice de style et la performance littéraire que l'évocation. Cette impression était tenace sur toute la première moitié du roman puis s'efface peu à peu, peut-être par habitude de lecture. Néanmoins le sujet est maîtrisé et les mots claquent, tout comme cette histoire, ô combien banale, d'une amitié féroce et dont on en se remet jamais. Un beau tableau clinique d'Ariane, joliment hystérique et aux comportements troublants.

Un roman à découvrir, tout comme son auteure, que je suivrai, pour savoir si son style s'allège un peu. Et c'est chez Don Quichotte Éditions.


Émilia Sancti

dimanche 15 juillet 2018

John HERDMAN « La confession »


Un roman qui dérange beaucoup. Qui dérange car il pousse le lecteur jusque dans ses derniers retranchements, un lecteur qui ne sait analyser ce qu’il vient de lire, y donner un nom, s’en faire une idée précise, « cataloguer » ce récit de manière rationnelle. Mais je m’explique.

Léonard Balmain est un écrivain écossais qui répond à une petite annonce banale : un certain Torquil Tod cherche un « nègre » pour écrire ses mémoires, une sorte d’autobiographie écrite par une tierce personne. Rapidement, Balmain rencontre Tod, les deux hommes font affaire et le projet est lancé. Sur les propres pistes et aveux de Tod, Balmain va devoir mener à bien cette expérience, il va titrer l’ouvrage « Une simple obsession ». Fin de la première partie.

La seconde est consacrée au contenu du livre lui-même (la fausse autobiographie), le parcours de Tod, sa rencontre avec Abigail, une femme d’une immense emprise sur lui, passionnée de magie blanche, mystique et se définissant elle-même comme sorcière. Ils vont vivre dans une communauté hippie au cœur des années 70, avec ses règles et ses excès. D’un chapitre à l’autre, l’horreur va se contextualiser, les rites païens poussés à l’extrême font que l’on assiste impuissants à une scène atroce : un infanticide cannibale ! Attention, ce passage n’est pas une énième volonté de faire du gore, du trash gratuit pour émouvoir le lecteur en mal de sensations, il a une signification toute particulière appuyant un peu plus l’attrait de Tod pour l’Apocalypse et le fait qu’il est convaincu que certaines prophéties annonçant la fin du monde pour l‘année 1981 vont fatalement se réaliser.

La fausse autobiographie terminée, Balmain donne son propre point de vue sur ce qu’il vient d’écrire, c’est-à-dire son avis sur les confessions pour le moins déstabilisantes de Tod. Quant à la dernière et courte partie précédant la postface, je ne peux absolument rien en dire, tout le livre et ses secrets réside dans ces quelques pages, pages qui font douter un peu plus encore le lecteur, si toutefois il était jusqu’à là sûr de ce qu’il avait lu.

En refermant ce roman, une question nous hante : qu’est-ce que nous venons de lire ? En effet, l’auteur dynamite les clichés psychologiques ou psychanalytiques voire métaphysiques, nous oblige à nous poser des questions profondes que l’on ne perçoit pas souvent dans une lecture, il nous force à être actifs. Niveau ambiance, c’est à la fois classique, gothique avec un je ne sais quoi de thriller psychologique diablement efficace. C’est un peu Edgar Allan POE qui prend en stop Daphne du MAURIER sous le regard amusé du plus tarabiscoté des HITCHCOCK qui aurait ouvert une bible afin de la détourner. John HERDMAN est écossais, donc bien sûr il n’est pas interdit de penser à « L’étrange cas du docteur Jekyll et de mister Hyde » du grand STEVENSON (qui reste aujourd’hui, permettez-moi de pleurer, plus connu pour son chemin dans les Cévennes que pour son œuvre pourtant riche). Plus on avance dans la lecture, plus la question du dédoublement se pose, je n’en dis pas plus, mais ce point m’a particulièrement désorienté et m’a précisément ramené à STEVENSON.

Un roman qui ne peut laisser de marbre, qui peut être lu, perçu de diverses manières, chaque lecteur devant se faire sa propre approche, sa propre (ses propres ?) conclusion. J’avoue ne pas être absolument certain des miennes, mais c’est paradoxalement ce qui rend ce récit très fort, très puissant, la magie des mots, des phrases et leur interprétation. Dans un roman, la logique veut que plus on avance dans la lecture, plus on obtient de réponses à nos questionnements. Eh bien ici c’est précisément le contraire : le début est simple, structuré, très cartésien, puis le doute s’installe jusqu’à l’éclosion d’une profonde migraine.

Voilà un bouquin qui rend zinzin, qui exige la camisole, je ne sais pas si je dois féliciter ou condamner l’excellent Quidam éditeur pour cet exercice côtoyant la folie, originellement sorti en 1996 mais paru pour la première fois en version française en cette année 2018. Cet éditeur est bien sûr à suivre, nous en reparlerons d’ailleurs très prochainement par le biais d’une autre nouveauté, qui sera peut-être un peu plus reposante que cette « confession » qui a mis nos nerfs à dure épreuve. Bravo et merci en tout cas à l’auteur, à l’éditeur, mais organisez-vous une période de sieste après fermeture de l’ouvrage, il vous faudra un repos bien mérité après pareille aventure un brin fantastique. Listez bien vos questions, vous aurez besoin de place, et éventuellement d'un filet pour amortir votre chute après une telle expérience qui pourrait presque être qualifiée de paranormale.


(Warren Bismuth)

vendredi 13 juillet 2018

Larry McMURTRY « La marche du mort – Lonesome Dove : les origines »


Souvenez-vous l'excellent pavé « Lonesome Dove » (1200 pages déjà chroniquées dans nos pages), le western à avoir absolument lu, épopée gigantesque d'une bande de Texas Rangers sur les pistes cahoteuses du Texas et du Nouveau Mexique. Un beau jour la lumière s'est faite dans l’esprit de Larry McMURTRY : et s'il écrivait, non pas la suite, mais les prémisses (« préquelle ») de cette histoire un brin sauvage ? Top là ! Ainsi nous retrouvons nos joyeux drilles en 1841 dans une position quelque peu équivalente à celle de « Lonesome Dove », sauf que les protagonistes ont pas mal d'années de moins et de l'énergie à revendre.

Dans cette « Marche du mort », nous assistons à la rencontre entre Augustus McCrae (Gus) et  Woodrow Call (les héros de « Lonesome Dove »), un moment particulièrement émouvant pour les fans de la saga. Gus et Call sont les plus jeunes Rangers d'une fine troupe dans laquelle ils viennent de s'engager, et les voilà lancés comme une balle dans des aventures rocambolesques à travers les déserts du sud-ouest des États-Unis en ce milieu de XIXe siècle, afin de décrocher une apothéose en forme de banques pillées à Santa Fe. Mais survivre sur la route aux attaques des indiens, des mexicains, des ours grizzlis ne sera pas facile, l'équipée de deux cents têtes finira décimée après avoir affronté tout ce qui semble possible sur terre : crues, soif, faim, famine même, froid intense, chaleur insupportable, divers ennuis entre les blessés qu'il faut soigner, les faibles, les mourants qu'il faut pourtant porter, les grands espaces vertigineux, les déserts sans fin. D'ailleurs « La marche du mort » est le nom de l'une de ces zones désertiques au froid polaire : 3000 kilomètres à traverser, peut-être plus, les chevaux ont été volés, il va donc falloir faire tout ce chemin à pied, supporter les meurtrissures, les humiliations.

Dans ce tome, Call et Gus, les presque frères de « Lonesome Dove », font connaissance, prennent leurs marques, entrent en compétition, pour les femmes mais aussi pour décrocher les grades. Call est fait caporal, Gus ronge son frein de rage et de jalousie. Gus est dans cet épisode bien plus cliché que dans « Lonesome Dove », du moins au début, uniquement passionné par les femmes et le jeu, mais surtout les femmes. Un homme obsédé qui ne cesse de parler de chair, de sexe (un peu lourd à la longue), blessé par une flèche ennemie dès le début du récit. Les Rangers vont être faits prisonniers, les caractères se durcissent avec les souffrances. Ici tout le monde est farouche et rusé.

Les amis vont vivre le pire, des carnages aux caprices de la nature, des joies aux désillusions, de l'amitié à la désolation de voir un proche mourir juste à côté. Ce volet est farci d'anecdotes sur le mode de vie de ce XIXe siècle, c'est instructif au possible. Exemple : comment faire dans un désert lorsque l'on crève de soif et que l'on est une bande à cheval ? Bonne question. Eh bien, il suffit de tuer un des chevaux (le plus faible de préférence), d'en extraire la vessie du cadavre et d'en boire le contenu, c'est aussi simple que cela. D'autres passages plus tragiques viennent émailler ce « road book », comme le trafic d'enfants, surtout noirs, une horreur absolue. L'arrivée dans un camp de lépreux alourdit le bide du lecteur. Mais la plume de McMURTRY évite les écueils. L'écriture est alerte, joyeuse (mais pas cucul), et les dialogues sont savoureux, ce sont eux qui tiennent en grande partie le rythme de ce récit haletant et drolatique au coeur de grands espaces à couper le souffle et de canyons majestueux. McMURTRY sait causer de la nature dans toute sa puissance, et c'est un atout majeur, mention spéciale pour cette image se nourrissant d'environ un million de bisons en plein désert, l'imaginaire déborde, le cerveau fait des bulles.

McMURTRY aussi un maître pour dépeindre des personnages très touchants, incroyablement attachants, qui nous semblent devenir rapidement nos potes, notre famille. C'est un bouquin à découvrir dans le genre, western à l'italienne mais en version papier et américain, et l'on remplace les héros solitaires par une bande de types moitié clowns moitié bourrins, un peu ivrognes, sans foi ni loi, qui sont prêts à tout pour rester en vie. Un ton en-dessous de « Lonesome Dove », cette « Marche du mort » en est cependant très proche par la trame, l'humour, le froid, la chaleur, les ennemis complètement fantasques, extravagants, siphonnés. Et puisque McMURTRY semble aimer les situations tarabiscotées, sachez que ce volume a été suivi d'un autre préquelle, « Lune comanche » (on apprend dans le présent volet que la lune comanche est la pleine lune), que l'on ne tardera pas à vous présenter ici même, restez fidèles au poste, derrière votre poste. Le tout est évidemment sorti chez Gallmeister (collection « nature Writing » puis « Totem » en poche) et c'est incontestablement une pièce maîtresse en matière de longues sagas faites d’aventure.

https://www.gallmeister.fr/

(Warren Bismuth)

mardi 10 juillet 2018

Jacques JOSSE « Bavard au cheval mort et compagnie»


Jacques JOSSE et son univers unique, dépouillé, épuré, spartiate. La Bretagne, le crachin, des hameaux sans âge, pareil pour les bistrots et leurs patrons, les enterrements avec leurs morts devant, dans des caisses en bois ou des urnes, c'est selon.

Parmi tout ce joyeux peuple, des morts comme des rescapés, défilé des laissés pour compte, des poivrots, des vagabonds aux âmes de poètes ou de philosophes à l'identité bretonne bien ancrée. Le temps est suspendu, en pointillés, place à l'olfactif : odeur de bois mouillé, de mousse, de lichen, de forêt humide au peuple souterrain, tous les sens du corps sont en éveil. Et toujours ces hommages aux trépassés : « À la santé de ceux qui sont dans les tombes ». Et les cloches qui tintent lentement dans un brouillard ne laissant percevoir que des ombres.

Ambiance tellement intemporelle car il y aura toujours des chiens de garde derrière les barrières des propriétés privées pour gueuler sur les étrangers, des bars dans lesquels le temps s'est arrêté, des cimetières humides avec ces tombes ayant ingurgité ces croyances. Les morts, ils sont là, par accident, par cirrhose (non explicite mais ça sent le mélange d'alcools frelatés), par volonté personnelle. Le personnage principal est la lenteur, la paresse.

Le temps s'est comme figé donc, même l'horloge semble tourner au ralenti alors que chaque mot, chaque intonation comptent, au coeur d'un rouage parfaitement agencé : « Vers 15 heures, une longue voiture grise apparaît à la sortie d'un virage. Elle avance entre les broussailles et roule, au ralenti, en direction du bourg. De nombreux suiveurs, vêtus de costumes sombres, essaient de lui sucer les roues. Tous marchent d'un même pas. Leur éloge de la lenteur trouve ici exutoire à sa mesure. Au soleil, près des murs et des herbes sèches... ». Tout est imbriqué, vous arrachez un seul mot et la phrase, le sens, le style se cassent la gueule dans une flaque d'eau boueuse.

On va pleurer un mort et enterrer le XXe siècle, on est quelque part en Bretagne dans un XXIe qui s'apprête à voir le jour. En un peu plus de 60 pages, Jacques JOSSE plante un décor qui restera longtemps à nous hanter, par ses odeurs, ses bruits, ces images, le tout relié sur le zinc d'une taverne cradingue et enfumée ou dans les allées d'un cimetière de bord de mer. JOSSE c'est tout ça en même temps, aucun de ses thèmes de prédilection ne manque dans ce récit sorti en 2004 chez Cadex Éditions. Comme sur d'autres de ses œuvres, les dessins bruts en noir et blanc de Georges LE BAYON accompagnent le cortège.

http://www.cadex-editions.net/-Presentation-

(Warren Bismuth)

jeudi 5 juillet 2018

Jean-Denis PENDANX & Stéphane PIATZSZEK « Les oubliés de Prémontré »


Depuis l’an 1121 l’asile de Prémontré abrite des aliénés quelque part en Picardie près de Soissons. Dès le déclenchement de la première guerre mondiale an août 1914, l’armée allemande est en vue et les dirigeants de l’asile demandent à ce que les malades soient évacués. En vain. S’ensuit de nombreux rebondissements propres à la guerre : asile réquisitionné, famine, pénurie de charbon et de bois, le seul aliéniste du lieu déserte avec l’ambulance. Plus de moyen de transport pour les malades (le véhicule servait aussi au ravitaillement), plus de professionnel pour les aider. Pour ne rien arranger, la ville la plus proche, Soissons, est attaquée, l’ennemi se rapproche.

Prémontré : petite ville de 1500 âmes dont 1300 malades, est laissée à l’abandon par les autorités françaises. Cependant un aliéniste vient proposer ses services à un asile à bout de souffle où les patients meurent en nombre, oui mais voilà, c’est un commandant allemand. La mort continue son travail de métronome, et l’hiver venu, pas question de fabriquer des cercueils, le bois est trop précieux pour chauffer les survivants. Alors les défunts seront basculés, comme ça, roulés dans des couvertures, et hop ! Directement dans la terre.

Certains professionnels de l’établissement peuvent néanmoins se réchauffer le cœur car, si l’absinthe a bien été interdite en France en 1914, des stocks ont été enterrés avant la prohibition. Pour la nourriture, les américains ont bien proposé leur aide, mais leurs produits sont hors de prix, à la guerre comme à la guerre ! Alors entre les murs de l’asile on survit comme on peut, de plus en plus difficilement, d’autant que la fièvre jaune vient de s’installer et que les allemands ne vont pas tarder à rappliquer. Alors on tente le tout pour le tout : faire réquisitionner des patients pour servir de main d’œuvre car s’ils restent sur place, ils seront exécutés (on n’aime pas les improductifs, de surcroît en temps de guerre).

Il faut absolument aller jusqu’à l’ultime page de cette BD historique pour découvrir le sort de cette maison damnée, sorte de porte-poisse permanent ! L’histoire est certes tragique, mais elle nous informe du mépris affiché par les autorités françaises pour les habitants d’un lieu inutiles à la guerre, les « fous » ne pouvant pas combattre pour la glorieuse armée française. Un établissement laissé complètement en friche par un pays ayant de facto établi d’autres priorités : la guerre envers et contre tout.

Au centre de ce documentaire historique, les auteurs ont fait vivre des êtres fictionnels au sein de l’asile, leur destin est celui de beaucoup d’autres gens ayant existé, il est bien sûr tragique et très bien mis en scène par des dessins à dominante ocre, aérés et très plaisants à suivre. Ils s’imbriquent parfaitement dans l’espace temps. Une BD à découvrir, peut-être pour tomber des nues devant un pareil gâchis, mais aussi et surtout pour revivre un épisode particulier et méconnu de la première guerre mondiale. Paru en 2018 chez Futuropolis.


(Warren Bismuth)